Dadblessing vs momshaming

Canva

Notre fille a trois mois.
Nous allons au musée.
Expo de sculptures de Picasso.
J’aime beaucoup. Mon conjoint est plus mitigé.
Au bout d’un moment, notre fille se met à pleurer, elle a faim. 
Comme j’aime beaucoup et qu’il est mitigé, je poursuis l’expo pendant que Monsieur s’installe sur un banc avec bébé pour lui donner le biberon. Et là ! Le défilé ! « Oh mais que c’est mignon ! », « Que c’est beau un papa qui donne le biberon ! », « Moi, à mon époque, ça n’existait pas. »

Le dadblessing (qu’on pourrait traduire par bénédiction ou glorification des pères), c’est cette tendance à porter les pères aux nues pour des actes (nourrir, baigner, changer, jouer avec leur enfant) qui, chez les mères, sont considérés comme « naturels ». Pire, pour ces mêmes actes, les mères peuvent potentiellement subir du momshaming (jugement, en bon français). Exemple : « Ah bon, tu ne l’allaites pas ? C’est serait quand même mieux pour lui/elle ».

Ce double standard était illustré, il y a quelques jours, par Nad (@nadouls1 ) sur Twitter : « Un père part en vacances une semaine avec ses amis : « Il a bien raison, ça va lui faire du bien ». Une mère part une semaine en vacances avec ses amies : « Tu te rends compte ! Elle laisse ses enfants une semaine ! Le père est vraiment sympa d’accepter ça ! » »

En matière de parentalité, le niveau d’exigence est incroyablement haut pour les mères (quoi qu’elles fassent, ce n’est jamais assez) et incroyablement bas pour les pères (quoi qu’ils fassent, c’est déjà pas mal).

40 ans qu’on parle des « nouveaux pères ». Les intentions ont probablement changé, en effet. Les pères ne sont plus seulement des pourvoyeurs d’argent et d’autorité. Ils aspirent à être plus présents, à construire une relation plus authentique avec leurs enfants. Mais, dans les faits, la route est encore longue. D’après l’Insee, en 2015, les femmes consacraient encore 95 minutes par jour aux enfants en moyenne, contre 41 minutes pour les hommes. Et un petit tour sur les comptes @taspensea ou Charge mentale pédiatrie devrait finir de nous faire redescendre. 


Ça te plait ?
Reçois la newsletter dans ta boîte mail !

En entrant ton e-mail, tu acceptes de le transmettre à MILF media & MailChimp dans le seul but de recevoir la newsletter. Les données ne sont pas transmises à des tiers et tu pourras te désabonner via le lien au bas de la newsletter.